BEFORE WORK #02 : Chamechaude

Du soleil et de la douceur pour toute la semaine, comment ne pas résister à l’appel des montagnes ? Ce matin comme hier j’avais régler le réveil à 4h45. L’objectif est double aujourd’hui, faire l’ascension annuelle à Chamechaude (en bon grenoblois que je suis) et être à l’heure au sommet pour le lever de soleil !

J’arrive au Col de Porte à 5h30 après 30 minutes de voiture, il fait encore nuit noire. J’allume la frontale et attaque la grimpette matinale. Il est tôt et pourtant il fait déjà très doux, 12 degrés au thermomètre de la voiture, en mode t-shirt directement. Je m’enfonce dans la forêt et file en direction de la Cabane du Bachasson. C’est à partir de la cabane que je trouve cette ascension plus agréable, la foret laisse place à un joli single qui zigzag aux milieux de pierriers. Cette année des petits panneaux nous invite à ne pas faire de “hors-piste” pour préserver la pousse d’herbe pour stabiliser les sols, bonne initiative !

Les toutes premières lueurs du jour pointent leurs nez, ce moment est toujours extraordinaire, je stop la frontale quelques secondes pour profiter pleinement de l’instant.

IMG_4014

Un peu plus haut, dans la prairie au-dessus de la Folatière je tombe sur un troupeau de moutons qui squat le “sentier” qui passe dans le pierrier (au plus court), et comme je n’ai pas franchement envie de tomber nez à nez avec un patou en plein nuit, je prends quelques minutes pour comprendre ou est exactement le troupeau et par ou je peux le contourner. J’emprunte donc le sentier qui passe à côté de la brèche Arnaud.

J’approche du sommet, le soleil n’est pas encore levé, je vais pouvoir profiter pleinement du spectacle, trop cool ! J’enfile la veste car pas mal de vent au sommet, pas envie de prendre froid. Au loin le Mont Blanc baigne déjà dans la lumière.

Les lumières changent toutes les secondes, le ciel prend des teintes rose, orange ou jaune. Je peux presque compter les secondes avant que le soleil ne se lève. Moment unique.

Et puis, en l’espace d’une fraction de secondes, le premier rayon fait son apparition, immédiatement sa chaleur nous atteint. Dans ces moments-la, pas de doutes pour qui est croyant, le spectacle qu’Il nous donne à voir est un vrai miracle.

C’est avec cette lumière de fou que j’entame la descente vers la voiture, faut pas que je traîne trop si je veux être à l’heure au boulot ! Un dernier regard vers le sommet, grosse claque, c’est juste sublime, pas d’autre mots !

Petit passage devant la brèche Arnaud, la Folatière, la cabane de Bachasson, droit dans les pistes de skis et me voilà déjà à la voiture, moins de deux heures pour une belle sortie de 7 Km et 720 mètres de D+.

Laisser un commentaire