Semaine dans le Vercors : Pas de l’Oeille

Une semaine dans le Vercors, c’est forcément et inévitablement un passage au magnifique Pas de l’Oeille. C’est sans doute mon endroit préféré dans le Vercors, et je ne compte plus mes passages là-hàut. C’est beau, la vue y est magique, et la faune très présente.

Le réveil sonne à 5h15, et je me lève sans difficulté, j’ai bien dormis et surtout je suis super motivé par la ballade qui m’attend. J’avale à la va vite une banane, enfile ma tenue et me voici déjà en mouvement à 5h45, efficace !

La première partie de la ballade n’est pas la plus passionnante, mais elle est efficace pour prendre de la hauteur, je remonte les pistes de ski jusqu’à la gare supérieur de la télécabine de la cote 2000. Avec la fraîcheur du matin, c’est finalement bien agréable.

Une fois la télécabine derrière nous, le sentier quitte enfin les aménagements de la station, et la ballade devient plus sauvage. Le sentier, bien marqué, nous promène au milieu des rochers et des lapiaz si caractéristiques du Vercors.

Le soleil commence à réchauffer les sommets environnant, pour ma part je suis encore à l’ombre. J’arrive en bas du Grand Couloir, dernier portion de grimpette avant d’atteindre le Pas de l’Oeille. J’aime ce passage, un peu plus alpin que le reste, mais sur un sentier toujours très très bien marqué et agréable. Dans la fraîcheur d’un début de journée d’été, c’est vraiment un immense plaisir que d’être en montagne. Le spectacle n’aurait pas été complet si je n’étais pas tombé sur un troupeau d’une trentaine de bouquetins. Le vent soufflant dans le bon sens, les bêtes ne m’ont pas vu venir, et j’ai pu m’en approcher à moins de dix mètres: magique !

Après plusieurs minutes d’observation, je me remets en route vers le Pas de l’Oeille et très rapidement j’atteins ce lieu que j’aime tant. Pur moment de bonheurs, il y a des chamois d’un côté, des bouquetins de l’autres, le sifflement des marmottes, et un beau ciel bleu agrémenté de nuages esthétique.

J’apprécie d’être au soleil, mais avec le vent un peu frais qui accompagne ma présence là-hàut, j’enfile rapidement ma veste. Encore quelques minutes à profiter d’être seul au milieu de cet écrin de beauté, encore quelques minutes avant de me remettre en route.

L’itinéraire de descente m’oblige avec bonheur à revenir sur mes pas, puis à prendre le sentier Péronnard jusqu’au niveau de la Combe Charbonnière qui m’offrira une belle session de glisse dans ce grand et beau pierrier, puis retour via la Vallon de la Fauge.

Une ballade de 13,70 Km pour 974 mètres de D+ en 3h11.

Distance totale: 14075 m
Denivelé total positif : 1099 m
Durée totale: 03:10:47
Télécharger

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.